Accueil > Français > Dial, revue mensuelle en ligne > Archives > Années 2000-2009 > Année 2000 > Avril 2000 > ARGENTINE - Chronique d’un enfant livré à lui-même

DIAL 2367

ARGENTINE - Chronique d’un enfant livré à lui-même

samedi 1er avril 2000, mis en ligne par Dial

Interview d’un enfant travailleur de la rue en Argentine, parue dans Desafios Urbanos, juillet-août 1999, Córdoba (voir aussi les autres dossiers : DIAL D 2365, 2366, 2368 ; 2369 et 2370).


Il s’appelle Xavier, paraît plus jeune que son âge réel et vit à Villa El Libertador. Cheveux noirs frisés, yeux vifs, il porte un pull-over rouge passablement décoloré et un petit sac à dos. Il n’a jamais été incarcéré et peut-être n’a-t-il jamais utilisé une arme. Mais il s’avance sur les marges et, par moments, à en juger par ses réponses, il semble s’être engagé sur un chemin sans retour. Peut-être est-il un assassin en puissance, mais, aujourd’hui, il est surtout une victime. Et personne, ni L’État, ni la société, ne fait quoi que ce soit pour renverser cette situation.

Quel âge as-tu ?

Quatorze ans.

Que fais-tu ?

Je travaille dans la rue à vendre des revues et à laver des vitres.

Pourquoi ?

Parce que je dois nourrir ma famille.

As-tu des frères et des soeurs ?

Oui, deux. Un de neuf ans et une autre de 7 ans.

Et tes parents ?

Bon, mon papa est en tôle et maman est à la maison parce qu’elle souffre de tension et elle est boîteuse, elle a un problème au pied.

As-tu d’autres parents, un oncle ou des cousins, qui puissent t’aider ?

Non, depuis que mon papa a été mis en tôle, nous n’avons plus vu personne.

Tes frère et sœur vont à l’école ?

Oui, le matin. Et, l’après-midi, celui de 9 ans m’aide dans mon travail.

Ta maman fait quelque chose ?

Non.

Que fais-tu pendant ton temps libre ?

Je rejoins mes amis.

Et tes amis, qu’est-ce qu’ils font ?

On se met à prendre quelque chose, on se shoote.

Toujours ?

Presque toujours.

Pourquoi pas toujours ?

Parce qu’il y a des fois où nous n’avons pas d’argent.

Et toi, tous les jours, tu apportes de l’argent chez toi à la maison ?

Parfois. Quand je travaille bien. Il y a des fois où je ne fais rien.

Et comment fais-tu pour nourrir ta famille ?

Est-ce que je sais ? Nous avons des amis, je demande de l’argent, j’achète à crédit.

Quelle famille aurais-tu aimé avoir ?

Est-ce que je sais ? Comme tout le monde, avec un père et une mère. Que mon papa travaille et que nous allions à l’école.

As-tu une petite amie ?

Non, je n’ai pas le temps de penser à cela.

Comment fais-tu pour t’habiller ?

Ben, des fois, je vais voler, parce que je n’ai pas de quoi rien qu’en vendant revues et livres.

Et ton frère aussi ?

Oui, des fois.

Et ta maman aussi ?

Oui, aussi.

Ta maman, qu’est-ce qu’elle te dit ?

J’essaie qu’elle ne se rende pas compte parce que, comme elle est à moitié malade, j’ai peur qu’il lui arrive quelque chose.

Tu aimes beaucoup tes frère et sœur et ta maman ?

Oui.

Et ton papa ?

Lui aussi. Mais il en a pour un bout de temps avant de purger sa peine.

Les gens te marginalisent ?

Oui, parce que, quand je me drogue, je présente mal. Comment dire ?... Je deviens dingue, je donne un mauvais exemple.

Raconte-moi tes journées, du matin jusqu’au soir.

Le matin, je me lève vers 7 heures, je prends le thé et je conduis mes petits frères à l’école. Et je m’en vais travailler. Je passe toute la journée ici et là, je reviens le soir. A midi, je mange un sandwich dans le centre-ville et l’après-midi j’achète des criollos [1]. Je rentre à la nuit et je donne de l’argent à ma mère pour qu’elle fasse quelque chose à manger et après je sors avec des amis faire le couillon.


- Dial – Diffusion de l’information sur l’Amérique latine – D 2367.
- Traduction Dial.
- Source (espagnol) : Desafios Urbanos, juillet-août 1999.
 
En cas de reproduction, mentionner au moins les auteurs, la source française (Dial - http://www.dial-infos.org) et l’adresse internet de l’article.
 
 

Les opinions exprimées dans les articles et les commentaires sont de la seule responsabilité de leurs auteur-e-s. Elles ne reflètent pas nécessairement celles des rédactions de Dial ou Alterinfos. Tout commentaire injurieux ou insultant sera supprimé sans préavis. AlterInfos est un média pluriel, avec une sensibilité de gauche. Il cherche à se faire l’écho de projets et de luttes émancipatrices. Les commentaires dont la perspective semble aller dans le sens contraire de cet objectif ne seront pas publiés ici, mais ils trouveront sûrement un autre espace pour le faire sur la toile.


[1Type de pain (NdT)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

>> PDF Formato PDF