Accueil > Français > Amérique latine et Caraïbes > BRÉSIL - Lettre de protestation des organisations indiennes de l’Amazonie (...)

BRÉSIL - Lettre de protestation des organisations indiennes de l’Amazonie brésilienne contre la déclaration du président Bolsonaro à l’ONU

vendredi 25 octobre 2019, mis en ligne par Pedro Picho

Manaus, Amazonie, 24 septembre 2019.

La COIAB (Coordination des organisations indiennes de l’Amazonie brésilienne), forte du soutien de ses bases territoriales dans les États amazoniens – Acre, Amazonas, Amapa, Maranhão, Mato Grosso, Para, Rondônia, Roraima et Tocantins – soit plus de 180 peuples, une population de plus de 430 000 Indiens, plus de 300 organisations indiennes et 430 territoires, exprime publiquement son ferme rejet de la déclaration du président du Brésil, M. Jair Messias Bolsonaro lors de l’Assemblée plénière des Nations unies le 24 septembre 2019.

Cette attaque raciste et génocidaire atteint directement les peuples indiens, ses organisations représentatives et sociales, ses responsables traditionnels qui sont reconnus au plan local, national et international, comme c’est le cas de Sônia Guajajara coordinatrice de l’APIB (Articulation des peuples indiens du Brésil) et du cacique Raoni Kaiapo, leader reconnu pour ses 50 ans d’action en faveur des peuples indiens. Nous en profitons pour appuyer sa candidature au prix Nobel de la Paix, où il nous représente. Ainsi nous affirmons que l’Indienne emmenée par le président de la république, Isana Kalpalo, ne représente pas les peuples indiens de l’Amazonie brésilienne.

Les affirmations du président laissent clairement apparaître que ses fausses déclarations augmentent toujours plus la violence, les morts et les crimes environnementaux comme les incendies. Elles légitiment les actions des envahisseurs et des ennemis historiques des peuples et des territoires indiens, qui tentent à tout prix d’expulser nos peuples et d’envahir nos terres. Il est reconnu dans le monde entier que les richesses naturelles et culturelles de nos territoires indiens contribuent à l’équilibre environnemental de toute la planète et impactent visiblement les zones urbaines et pénalisent la vie de leurs habitants. La déclaration de Bolsonaro, concernant les peuples indiens, est fausse ; elle contient des données inexistantes et incorrectes, ce qui démontre la caractéristique propre de ce gouvernement considéré par tous les peuples amazoniens et brésiliens comme un mal pour nous tous. Les richesses des peuples indiens ne peuvent disparaître du fait du gouvernement Bolsonaro ni non plus être négociées, ce qui affecterait directement la vie de milliers d’Indiens du Brésil.

C’est pour cela que nous exigeons le « Bien Vivre » [1], un mode de penser et un mode de vie spécifique aux peuples indiens du Brésil. Le rôle fondamental du mandataire du pays est de gouverner en favorisant l’inclusion de tous les habitants, en garantissant les droits fondamentaux et sacrés à la vie et au territoire.

Nous rejetons entièrement la déclaration du président à la plus haute cour de l’ONU avec des menaces et des actes concrets contre la vie des peuples indiens brésiliens. Nous déplorons son positionnement et nous demandons des pénalités et des sanctions appropriées contre le gouvernement brésilien qui menace la vie de l’humanité et des peuples indiens originaires du Brésil et de l’Amazonie.

Signataires :

Coordenação das Organizações Indígenas da Amazônia Brasileira - COIAB
Conselho Indigena de Roraima - CIR
Associação dos Povos Indigenas da Terra Indigena São Marcos - APITSM
Associação do Povo Indigena Waiwai - APIW
Federação das Organizações Indigenas do Rio Negro - FOIRN
Organização dos Povos Indigenas do Alto Madeira - OPIAM
Federação Das Organizações e Comunidades Indigenas do Médio Rio Purus - FOCIMP
Organização dos Povos Indigenas de Rondônia,
Noroeste Mato Grosso e Sul Do Amazonas - OPIROMA
Federação dos Povos e Organizações Indigenas de Mato Grosso - FEPOIMT
Federação dos Povos Indigenas do Para - FEPIPA
Coordenação das Organizações e Articulações dos Povos Indigenas do Maranhão - COAPIMA
Articulação dos Povos e Organizaçoes Indigenas do Amapa e Norte do Para - APOIANP
Associação Indigena Kaxuyana Tunayana Kahyana - AIKATUK Associação Indigena Pusuru - AIP
Munduruku Associação das Guerreiras Indigenas de Rondônia - AGIR
Organização Indigena Oro’Wari de Guajara Mirim Rondônia
Associação do Povo Indigena Karitiana Akot Pytim Adnipa - APK Povo Amanayé Ararand`Ewar - PARÁ
Conselho Geral da Tribo Sateré - MAWÉ-CGTSM
Associação dos Povos Indigenas Waiana Apalai - APIWA Conselhos das Aldeias Wajapi - APIMA
Associação Indigena Xavante Norotsu’Ra - ASIXNOR
Povos Indigenas do Estado Do Acre


Traduction française de Pierre Chovet.

Source (portugais) : https://coiab.org.br/documentos.

Déclaration originale aussi jointe à cet article.

Les opinions exprimées dans les articles et les commentaires sont de la seule responsabilité de leurs auteur-e-s. Elles ne reflètent pas nécessairement celles des rédactions de Dial ou Alterinfos. Tout commentaire injurieux ou insultant sera supprimé sans préavis. AlterInfos est un média pluriel, avec une sensibilité de gauche. Il cherche à se faire l’écho de projets et de luttes émancipatrices. Les commentaires dont la perspective semble aller dans le sens contraire de cet objectif ne seront pas publiés ici, mais ils trouveront sûrement un autre espace pour le faire sur la toile.


[1« Buen vivir » ou « Sumak Kawsay » en quechua, concept autochtone à vision universaliste venant de l’Équateur et de la Bolivie qui préconise une vision du monde où l’être humain vit en harmonie avec la nature et avec les autres – NdT.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.